Affinant le matériau comme une peau ou le soumettant au hasard des formes, son travail construit une émotion à partir de ce qui en est le plus dépourvu. Le béton devient ainsi une mémoire enregistreuse de sons, de sensations tactiles, d’images, capable de réagir aux stimuli du corps du spectateur et de faire naître chez ce dernier à son tour ses propres associations et souvenirs. Il éveille la mémoire du corps, stimule l’esprit, et joue sur nos capacités synesthésiques.
C’est le jeu des correspondances baudelairiennes : si un béton bruissant et frémissant peut me faire rêver de la mer, c’est bien parce que j’ai en mémoire le fracas dur et mouillé de l’eau qui se retire en emportant le sable de la plage.
Notre sensibilité est mémorielle et spirituelle, la mémoire est un organe sensible, et c’est bien ce qui intéresse Milène Guermont. 

 

Émilie Bouvard
Historienne de l’art, Conservatrice du patrimoine au Musée Picasso, 2012

 

 

 

 

Une caresse transforme le béton en rivage

 

Une table, on s’y installe pour manger à peu près deux fois par jour, c’est le rythme de la marée.
Entre deux moments de repas, tentez une expérience sensorielle avec la table MARÉE MATRICE.

Faîtes glisser le verre, métaphore de la Mer, sur le béton, métaphore de la Terre.
La mer s’en va, vous pouvez alors toucher l’estran, ligne de la Mer sur la Terre.
En effleurant ce béton interactif, vous activez des capteurs qui déclenchent le bruit des vagues.

 



 

 

 

 

Une barrique est passée par dessus bord

 

Comme une bouteille à la mer qui transporte un univers, BARREL a gardé dans sa matière les mers rencontrées lors de son périple.

Touchez BARREL et le bruit de la mer se fait entendre, puis des ondulations de lumière naissent et s’éteignent en rythme avec le son.

L’interactivité de BARREL est assurée par de l’électronique et des fibres optiques intégrés au béton.

 

 

 

 

 

 

 

L'eau comme moteur 

 

Monet fit aménager un atelier sur une barque pour se rapprocher au plus près de l’eau et saisir sur le vif ses fulgurances et ses reflets. Cette barque le fit voyager au sens propre comme au figuré. L’ARCHE DE MONET traduit le processus de création avec l’eau comme "moteur" : un bloc brut qui, façonné peu à peu par l’action de l’eau, devient une fine barque en Béton Polysensoriel propice à tous les voyages.

En juin dernier, L'ARCHE DE MONET, oeuvre pérenne en Béton Polysensoriel, labellisée pour le festival Normandie Impressionniste a été installée dans la mairie du Havre, architecture d'Auguste Perret, classée au Patrimoine mondial de l'Unesco. Puis, elle a été présentée dans la CCI du Havre concue récemment par Phine et René Dottelonde. En ce moment, elle fait escale dans une architecture industrielle du 19e siècle à l'abri des regards.

 

 

 

De la mer au ciel

 

MUR NUÉES propose paradoxalement au visiteur un voyage intime par l'évocation d'un univers familier mais distant : les nuages.

Les aspérités de surface de ce mur attirent le regard. Il est irrégulier, pluriel, intriguant, vivant peut-être… Une irrésistible envie de toucher ... et vous l'effleurez !

Il réagit alors. Il s'exprime grâce à sa texture originale et aux effets sonores et lumineux de ses dispositifs électroniques intégrés, vous entendez le son des nuages, qu’il a précédemment enregistré, et voyez des lumières dans le béton…
Vous parcourrez alors un paysage sonore et visuel inattendu constitué de souffles de vent, de murmures des nuages … ou encore du fracas des tempêtes,traduits en lueurs douces ou flashs éblouissants.
Le paysage climatique que vous créez est, selon votre champ magnétique, chaos ou harmonie…

Cette oeuvre a été réalisée grâce au soutien de la Fondation Bettencourt-Schueller.